Le jour où tout a basculé ;-)

Accueil/Ouganda & Rwanda - Carnet de route/Le jour où tout a basculé ;-)

C’est le chant des oiseaux qui nous réveille ce matin au Ziwa. En ouvrant quand même péniblement les yeux, on se dit qu’on a eu une excellente idée de repartir voir les rhinos !

En attendant l’heure du rendez-vous, on se promène à la rencontre des animaux qui vivent ici. Le Ziwa n’est pas seulement un sanctuaire pour les rhinos, il est aussi un refuge occasionnel pour des animaux blessés ou abandonnés. C’est pourquoi, le soir venu, il est possible de croiser des antilopes restées vivre ici après leur rétablissement et, au petit matin, de voir une grue royale déhambuler tranquillement dans le jardin. Attention d’ailleurs parce qu’elle est assez « joueuse » la grue royale … ;-)

On passe à la réception récupérer Herbert qui s’y colle de nouveau. On roule quelques kilomètres en constatant que la voiture fait un bruit de frottement inquiétant. Hier soir, en rentrant au camping, nous avons un peu cogné le bas de caisse et il se pourrait bien qu’on ait cassé quelque chose :(

On a beau chercher, on ne trouve pas d’où vient le problème. On préfère rebrousser chemin. Herbert alerte Angie par radio qui propose de jeter un œil à la voiture pendant qu’on repart observer les rhinos avec Rashid, le responsable des guides du Ziwa.

Rashid est un gars passionnant qui connaît des multitudes de choses sur la brousse et notamment 600 espèces d’oiseaux ! Il a beaucoup étudié et prend plaisir aujourd’hui à former les nouveaux guides.

On a la chance de trouver 3 nouveaux rhinos dans un espace bien dégagé. Il s’agit de Taleo, le boss du sanctuaire, Bella et sa petite Donna. Même couché, Taleo est particulièrement impressionnant ! Rien d’étonnant à ce qu’aucun autre n’ose lui tenir tête.

O054-taleo O053-donna   PolaRashid.jpg

En restant là à regarder ces magnifiques animaux, on discute avec Rashid de leur avenir incertain et des solutions qu’on pourrait mettre en place pour stopper le braconnage. Rashid est très confiant dans l’éducation et trouve intéressante l’idée de tuer le marché en légalisant la vente de cornes de rhinos [après les grandes opérations de décornage en Afrique du Sud notamment, il existe des stocks énormes de cornes qui pourraient permettre de casser leur valeur tout en générant des revenus pour la protection des animaux].

La conversation s’enchaine avec les problématiques liées à la gouvernance des pays africains. Rashid semble croire aussi beaucoup à la démocratie et au changement. Il déplore que les chefs africains s’accrochent au pouvoir et n’amènent pas leur pays sur la voie du développement. Puis il nous parle de son père, tué par l’armée d’Amin Dada dans les années 70, alors qu’il avait 3 mois. On oublie facilement que le règne de ce dictateur fou et violent s’est seulement terminé en 1979 !

La tentation est grande de lui demander ce qu’il pense de son propre gouvernement et en particulier de Museveni, au pouvoir depuis 1986. On sent l’embarras … La liberté d’expression semble avoir encore du chemin à faire ! Quoiqu’il en soit et après différents échanges ici et là, on se rend compte que les ougandais ne sont pas dupes de la situation politique de leur pays et des défis qu’ils ont à relever …

Revenons à nos rhinos. Taleo ne semble pas vouloir bouger une patte ce matin. Donna est un peu plus active ou disons un peu plus affamée et enquiquine sa mère pour avoir du lait. On fait le tour pour bénéficier de tous les points de vue possible sur les animaux. C’est tellement chouette de pouvoir se trouver là avec eux !

Voir la galerie photo des rhinos
 

Sur le chemin du retour, on a la chance de croiser 2 caméléons ! C’est la première fois que nous voyons ces reptiles rigolos avec leurs yeux à 180°.

A la réception, le fils d’Angie nous annonce qu’on a effectivement cassé une pièce (le bolt en anglais ?). Flûte. Il faut soit aller au garage à Masindi pour faire la réparation sans savoir le temps que cela prendra, soit demander à Road Trip Uganda de nous apporter un autre véhicule. Cette option paraît la plus simple sachant que nous ne sommes qu’à 3h ougandaises de Kampala et qu’il n’est pas encore midi. Angie prend les choses en main avec son autorité naturelle et appelle le loueur qui ne bronche pas et nous envoie illico une nouvelle voiture. On doit renoncer à atteindre Murchison Falls ce soir comme prévu mais c’est le plus raisonnable. Du coup, c’est glandouille pour l’après-midi ! On déjeune au restaurant, on fait la sieste, on lave nos vêtements, on range nos affaires … et on regarde les vélos passer :-)

La voiture n’arrivera finalement qu’à 19h. Même si les mécaniciens ne mettent que quelques minutes à réparer le fameux « bolt », on procède à l’échange des véhicules.

On découvre notre nouveau compagnon de route à 4 roues avec l’impression d’avoir un peu monté en gamme. On verra plus tard que c’est au prix de quelques petits inconvénients

2016-12-02T14:09:36+00:00

2 Commentaires

  1. filleul 11 novembre 2012 à 2 h 24 min␣- Répondre

    Super ce début de carnet de voyage, la rencontre avec les rhinos :)
    Les ennuis mécaniques c’est toujours dommage :( mais ça fait partie de l’aventure.
    Merci du partage et …….vivement la suite!

    • Tawana Blog 11 novembre 2012 à 22 h 15 min␣- Répondre

      Merci :) L’aventure continue très très bientôt ! J’espère que ça t’aidera à la préparation de ton voyage !

Laisser un commentaire