Mana Pools ou la terre des éléphants

Accueil/Zambie & Zimbabwe - Carnet de route/Mana Pools ou la terre des éléphants

Nous avons rendez-vous à 6h30 à Nyamepi pour le walking safari. Les services des rangers du parc se louent 20$ de l’heure par personne. A vous de définir la durée de la marche.

Pour nous, c’est open bar, on marchera jusqu’à ce que la chaleur devienne trop difficile à supporter ce qui nous laisse au moins 3 bonnes heures. On récupère Deek à l’office et on se gare un peu plus loin. On commence la marche à bon rythme et on croise d’abord des phacochères, des kudus et des baboins. Rien de bien impressionnant pour l’instant :o)

On arrive à Long Pool, le plus grand bassin de Mana, peuplé de crocos et d’hippos. On y observe un hippo mort sur le bord. Deek est étonné que les crocos n’en aient pas fait leur diner et nous explique que beaucoup d’hippos semblent mourir prématurément en ce moment.

On longe la rive quand on aperçoit quelques hippos bien vivants sortir de l’eau … et qui arrivent droit sur nous ! L’un d’entre eux semble d’ailleurs déterminé à nous foutre la trouille … On s’écarte doucement et le voilà qui change enfin de direction.

Cela fait bientôt 2 heures que nous marchons à travers brousse et toujours pas un prédateur en vue. On arrive dans une une forêt d’accacias occupée par des éléphants. Deek recherche le chemin le plus sécurisé pour avancer. Mais un éléphant nous barre la route avec son petit. Nous nous tenons à une distance largement raisonnable mais le pachyderme se met immédiatement à courir droit sur nous.

Deek nous demande d’avancer rapidement. C’est déjà trop tard, l’éléphant ne s’arrête pas et le ranger tire en l’air 2 fois pour le stopper dans sa course. A ce moment là, on a un sentiment mitigé. Etait-ce vraiment nécessaire d’effrayer l’éléphant ? N’allait-il pas s’arrêter de lui-même en nous voyant fuir ? Deek ne nous donnera pas la réponse … Et nous, on se demande finalement ce qu’on aurait pu faire si nous n’avions pas eu d’armes …

Le cœur palpitant, on poursuit notre chemin et on arrive dans une sorte de clairière où se repose une meute de chiens sauvages ! On demande au ranger si nous pouvons nous approcher et Deek nous emmène à une vingtaine de mètres d’eux. Les chiens ne bougent pas même s’ils nous surveillent du coin de l’œil ! C’est simplement fantastique de se tenir face à eux. Ils sont tellement rares à observer (et clairement menacés de disparition) que c’est toujours un privilège de croiser leur chemin.

On termine la marche à Nyamepi où un éléphant, plutôt zen, squatte la réception.

On repart au camp pour déjeuner et se reposer après une douche en plein air sous les rires des babouins qui passent juste au même moment (mais franchement, je sais pas pourquoi ils gloussent ceux là, non mais …).

A 14H45, on reprend la route. On explore l’intérieur du parc qui est assez désertique même si on trouve beaucoup de traces de hyènes. On revient sur la piste principale, toujours occupée par des dizaines d’éléphants et quelques buffles.

Vers Long Pool, on s’arrête un moment regarder les crocos, puis les phaco et les kudus qui recherchent désespérément un petit coin disponible pour aller s’abreuver.

On passe au Campsite de Nyamepi prendre de l’eau (gaffe aux crocos si on en croit la pancarte sur les toilettes !) et on continue vers Mana Mouth. Ici, on trouve surtout des plaines herbeuses, occupées par les buffles, les éléphants et les zèbres. A la douce lumière du soir, Mana Pools est une vraie merveille !

Le soleil décline franchement, il faut maintenant rentrer sur New Ndungu, à l’opposé de Mana Mouth …

2016-12-02T14:09:43+00:00

Laisser un commentaire