Mission léo : Comptage de 24h au point d’eau de Nyamandhlovu (épisode 2)

Accueil/Zimbabwe Mission Leo - Carnet de mission/Mission léo : Comptage de 24h au point d’eau de Nyamandhlovu (épisode 2)

887 éléphants, 888 éléphants, 889 éléphants ….

Le jour se lève sur la plateforme alors que la dernière équipe de volontaires en action compte encore des dizaines d’éléphants arrivant toujours en flux continu. On fait un rapide calcul et on est déjà à plus de 900 individus comptés depuis hier midi !

Innocent nous promet de trouver un guépard si on parvient à dépasser le millier de pachydermes ! Alors que des troupeaux arrivent encore de partout, il comprend rapidement qu’il ne gagnera pas son pari et commence à interroger tous les guides qui passent par ici pour savoir si les guépards ont été vue ce matin :))

Vers 8h, on remarque qu’il n’y a bizarrement plus aucun animal autour du point d’eau, et ceci pour la première fois depuis hier. Mais à peine 15 mn plus tard, le ballet des éléphants reprend, entrecoupé par le passage des impalas, des autruches et des babouins.

Le comptage se termine à midi. On est lessivé mais la journée n’est pas encore terminée ! De retour à la maison, on déjeune et on enchaine avec la saisie des informations collectées depuis notre arrivée. Il faut non seulement enregistrer les 1075 éléphants du comptage de 24h mais aussi les données des transects et des fiches de suivis des camera traps. Notre travail consiste également à faire une première analyse des photos, pour lesquels nous reportons dans un fichier excel tous les animaux identifiés. Bref, après 8 jours de mission, on a un peu de retard administratif et pas mal de données à consolider, alors au boulot !

Le dépouillement des photos s’avère plutôt rigolo. C’est l’occasion d’observer des petits animaux nocturnes comme le porc-epic, le lièvre sauteur, la mangouste à queue blanche … Alors, il n’est pas rare d’entendre s’exclamer les volontaires devant leur écran à la vue de la moindre bestiole un peu inhabituel !

En fin d’après-midi, Paul nous emmène faire le tour des cameras sur le terrain. Côté pipeline et croisement, tout va bien. Mais alors qu’on descend de voiture pour vérifier la camera du second pipeline, on est stoppé net par un groupe d’éléphants tout droit sorti des broussailles. L’effet de surprise est totalement réciproque et un des éléphants commence à montrer des signes de nervosité à notre égard et à tenter de nous intimider. En bon volontaire ayant bien retenu le brief sécurité mentionnant très clairement de ne jamais courir ;-), 3 d’entres nous filent se réfugier dans la voiture … Même si ce n’était pas complètement un mauvais plan en ces circonstances (éléphants grincheux devant, 4×4 pas loin derrière), on se sent penaud de ne pas avoir fait preuve d’un peu plus de sang froid … Mais bon, sont gros ces éléphants aussi…

On termine notre tournée à Makwa, envahi par les éléphants, qui ont pratiquement vidé le point d’eau. Une des cameras est quelque part à terre et il est impossible de la récupérer dans ces conditions. Les éléphants sont extrèmement stressés et se tolèrent à peine les uns les autres. Une femelle est particulièrement agressive vis à vis de nous et il va falloir pas trop trainer …

Sur le chemin du retour, on prend conscience que toute la zone de Makwa à Umtshibi est occupée par les éléphants, venus jusqu’ici à cause du manque d’eau dans les environs. Les pompes de Caterpillar, Dopi Pan, Sinanga n’ont plus une goutte de diesel pour fonctionner et celles de Guvalala et Amanga sont actuellement cassées. Ceci explique aussi pourquoi nous avons observé autant d’éléphants à Nyamandhlovu et nous permet de constater combien les animaux du Hwange sont dépendants des points d’eau artificiels …

Depuis 2005, suite à une sécheresse sans précédent et à l’impossibilité des autorités du parc à financer les besoins en essence, la gestion de 10 pompes a été confiée à la responsabilité de l’association Friends of Hwange qui s’occupe d’entretenir les installations, réparer le matériel et collecter des fonds pour l’achat du diesel. C’est un gros travail. Il faut savoir en effet qu’une pompe consomme 500 litres d’essence par mois (pour une facture de 500 USD !) et qu’elle peut extraire jusqu’à 120 000 litres d’eau par jour. C’est ce qu’il faut pour couvrir les besoins quotidiens de 500 éléphants qui boivent chacun entre 150 et 200 litres d’eau par jour. Bref, c’est un dispositif crucial et en même temps extrêmement fragile qui tient encore grâce à la détermination d’une poignée de volontaires et aux donations.

MCWATERHOLES

La journée se termine ainsi, sur le spectacle un peu difficile de tous ces éléphants en manque d’eau alors que les températures sont déjà très hautes et que la nourriture se raréfie nettement pour eux. Ils entrent dans la période la plus critique qu’ils aient à traverser, et cette année, elle a un mois d’avance …

La mission dans l’oeil des camera traps

Et alors qu’on luttait contre le sommeil à Nyamandhlovu, un éléphant nous faisait coucou depuis Makwa … Coucou l’éléphant, il y a des tas de copains à toi par ici !

2016-12-02T14:09:27+00:00

Laisser un commentaire