Botswana côté rivière : Kasane et Chobe River

Accueil/Botswana Kalahari - Carnet de route/Botswana côté rivière : Kasane et Chobe River

Avant de quitter la tranquillité de Gaborone pour la tranquillité de Kasane, nous ramenons la voiture à Zibani dans les beaux quartiers de la capitale.

En route, on s’arrête avec une pointe d’émotion et beaucoup d’amusement dans l’impasse Tawana. C’est quand même la classe d’avoir une rue au nom de notre blog, non ? :) D’ailleurs, c’est peut-être l’occasion d’expliquer que le nom du site, créé alors qu’on projettait de se rendre au Botswana pour la première fois, signifie tout simplement « lionceau » en tswana  … le lion se disant « tau », l’éléphant se disant « Tlou », l’éléphantau se disant « Tlowana », et ainsi de suite … :)

On s’installe à la cafétéria de l’aéroport en attendant l’embarquement. L’endroit nous parait toujours aussi démesuré et désertique que quelques jour plus tôt.

On débarque à Kasane en début d’après-midi après un vol d’une heure et demi. Le changement de climat est immédiatement perceptible, il fait nettement plus chaud dans le nord du pays ! On observe le village à travers les vitres du taxi qui nous emmène jusqu’au Old House. A première vue, tout est parfaitement à la même place qu’il y a 4 ans. L’ambiance paisible et plaisante ne semble pas non plus avoir quittée les lieux.

Le Old House est un joli petit hôtel tout en verdure qui correspond beaucoup plus à nos goûts que le Chobe Safari Lodge où nous avions logé la dernière fois. On s’installe et on part se balader à pied dans les alentours.

Kasane, ou « le lieu du mûrier », regroupe seulement quelques milliers d’habitants. C’est pour le coup un véritable village en même temps que la deuxième ville touristique du pays ! D’ailleurs, en dehors des trois petits centres commerciaux et un quartier plus résidentiel en hauteur, Kasane n’est qu’une succession d’hôtels installés le long de la rivière Chobe. A cette période de l’année, les lodges sont loin d’être pleins et c’est l’occasion pour nous de gouter quand même à une ambiance plus authentique.

On s’installe au bar du Chobe Safari Lodge avec sa vue imprenable sur la rivière, histoire de se remémorer quand même notre précédent voyage ici. En repartant, on reste un moment à observer les babouins jouant inlassablement au trampoline sur les toiles suspendues au dessus des voitures, voire sur les voitures elles-mêmes … toujours à faire les 400 coups ceux là !

On se réveille à l’aube le lendemain matin. On petit-déjeune devant les phacochères labourant gaiement le terrain de volley du Old House avant de réserver une croisière au Chobe pour cet après-midi et un game drive privé pour demain matin. Rassasié, on part à pied en direction de Kazungula.

On attrape finalement un taxi pour faire les 12 km qui séparent les deux villes :) Kazungula, qui signifie « village du saucissonnier »  (ça ne s’invente pas !) a tout de la ville frontière. C’est une zone un peu désoeuvrée, en travaux et peu animée. On fait quand même le tour avant de renoncer à trouver un quelconque intérêt à rester par ici sauf à faire un saut en Zambie ou au Zimbabwe, ce qui n’est pas notre intention aujourd’hui !

On reprend le taxi en direction du CARACAL Biodiversity Center installé sur les hauteurs de Kasane depuis 2010. CARACAL est un acronyme signifiant Conservation of African Resources, Animals, Communities And Land use. La mission de cette ONG créé en 2001 est de promouvoir, développer et soutenir des programmes de conservation et de recherche, qui contribuent à l’utilisation durable de la faune, à la résolution des conflits, à la gestion des espèces menacées d’extinction, au sauvetage d’animaux sauvages blessés, à la santé de l’écosystème et à la formation en gestion des ressources naturelles des employés du gouvernement, des communautés et des enfants de l’école. Vaste programme :)

Le centre abrite une sympathique collection de serpents et potentiellement tout autre animal blessé qui aurait besoin de soins avant d’être remis en liberté. Kennedy nous fait faire le tour des installations, essentiellement consacrées aux reptiles. C’est un monde qu’on ne connait pas du tout et c’est avec attention et curiosité qu’on l’écoute nous présenter tous ses copains cobra, python, vipère …

On apprend les spécificités et niveaux de dangerosité de chaque espèce en frissonnant devant les deux black mambas à la réputation particulièrement sinistre. Kennedy nous confirme d’ailleurs qu’on serait particulièrement mal en point si on venait à se faire mordre à plus de 15 minutes d’un hôpital … Pour autant, les rencontres avec le plus dangereux serpent d’Afrique australe sont relativement rares. Les accidents les plus nombreux se produisent plutôt avec la vipère heurtante vivant au sol dans la brousse et sur laquelle il faut à tout prix éviter de marcher …

La visite est plutôt intéressante, surtout quand Kennedy nous explique que les serpents vivant ici ont été capturés dans les lodges de Kasane … Oui, vous avez bien lu :) Même la grosse vipère du gabon qui fait des « pffffeu » quand on la taquine et qui a des crochets pleins de venin … Lorsqu’on regarde de plus près le panneau statistique, on apprend même que 12% des serpents délogés au Chobe Safari Lodge sont des black mambas !

On termine la visite en passant voir un énorme python de 5m de long qui, d’après Kennedy, aurait largement la force d’étouffer un homme. Bon, on en sait assez, on va y aller maintenant, hein :)

De retour en ville, on s’arrête prendre un « Ten-Pulas-Hot-Dog » avant de retrouver Luke, le manager du Old House, qui sera notre guide pour la croisière. Cette année, on a le droit à petit bateau dont on aura l’exclusivité ! Luke laisse en plus passer tous les autres navires afin qu’on bénéficie d’une certaine tranquillité. On apprécie sa démarche. Surtout quand l’un des bateaux vient nous coller d’un peu trop près et que l’on entend le guide expliquer à ses invités que le kudu fait un excellent biltong !?

Depuis notre petit bateau à nous, on observe d’abord des aigles pécheurs, puis un beau crocodile, des kudus, des hippos, des buffles … Mais le clou du spectacle ici, ce sont les éléphants ! On reste un bon moment avec un gros mâle enfoncé aux deux tiers dans les herbes hautes, au milieu des hippos. Et puis, alors que le soleil se couche, nous voilà face à une trentaines de pachydermes arrivant du bush pour boire un verre à la buvette Chobe, avec leurs tout petits, planqués dans le pattes. C’est top, non ? :)

3 tawanautes aiment cet article, et vous ?
2016-12-02T14:09:34+00:00

Laisser un commentaire