Bienvenue sur l’équateur : 27° au sol, 50% d’humidité

Accueil/Ouganda & Rwanda - Carnet de route/Bienvenue sur l’équateur : 27° au sol, 50% d’humidité

On débarque à Entebbe avec 1h d’avance, vers 4h du matin … Autant dire que l’aéroport est désert et que les formalités de douane sont vite expédiées. Avant de payer notre visa, on vérifie quand même qu’il n’existe pas un tarif spécial double entrée comme en Zambie. Malheureusement, ce n’est pas le cas et il faudra bien repayer 50$ chacun quand nous reviendrons dans le pays depuis le Rwanda.

Nous avons rendez-vous avec le loueur de voiture à 7h. On erre d’abord un peu à la recherche d’une bouteille d’eau pour avaler la malarone qu’on a tout simplement oublié hier soir … Puis on s’installe dehors, à la merci des moustiques insistants (oups) et des chauffeurs de taxis pas trop insistants. L’air est chargé d’humidité, pas de doute, on est bien sur l’équateur !

Steve de Road Trip Uganda arrive à l’heure prévue. La remise du véhicule est aussi rapide que les formalités douanières. On échange nos dollars contre les papiers et nous voilà au volant d’un magnifique 4×4 Toyota Rav 4 usé, pas nettoyé mais qui ne coûte que 65$ par jour.

Steve nous guide jusqu’à la maison de Robert et Lhydia, partenaires et gérants de l’agence Nkuringo Walking Safaris où nous passons notre première nuit. La chambre d’hôte qu’ils proposent à leur client est en réalité une véritable maison, insérée entre les locaux de l’agence et les appartements de Lhydia. Même si on a pu dormir dans l’avion, il faut l’avouer, on est pas très frais. On file sous la douche avant de s’endormir profondément pour quelques heures de récupération. On est réveillé 2h plus tard par la pluie battante qui tombe dehors. Ici, la saison humide a commencé et c’est le genre de grosse douche qu’on risque de se prendre régulièrement …

Un peu revigoré, on part en ville faire des courses pour la suite du voyage. On prend la route demain pour 7 nuits de camping et il faudrait pas mourir de faim et de soif ! On commence par quelques petits supermarchés d’Entebbe où on ne trouve pas nos indispensables boites de thon. On part donc sur Kampala pour dévaliser le shoprite. C’est alors qu’on découvre les joies de la conduite en Ouganda et particulièrement dans sa trépidante capitale. Arriver jusqu’au centre ville sans renverser personne et en évitant les bodas-bodas relève de l’exploit sportif, se garer étant l’ultime épreuve de ce jeu de piste urbain. Mais jusque là, on a pas une égratignure à déclarer, juste quelques cheveux en moins !

A Kampala, on trouve tout ce dont on a besoin excepté les bouteilles d’eau en format 5 litres qu’on passe prendre au retour dans un autre supermarché d’Entebbe. On se rend même jusqu’au grand marché qui se tient ici tous les samedis et dans lequel on trouve toutes sortes de fruits et légumes frais mais aussi de la viande, des vêtements, des produits ménagers … On prend juste un ananas pour ce soir et pour la route demain. Lhydia nous avait donné de bons tuyaux pour négocier et on s’en sort pour 2000 shillings, ce qui, elle le confirmera, est un bon prix. Non loin, on observe des marabouts qui ont vraisemblablement quitté la brousse pour s’installer en ville :)

De retour à la maison, on arrange la voiture. Les pneus sont lisses et le moteur usé mais on préfère ne pas trop s’en inquiéter. On défait le coffre, on range, on optimise tout en essayant d’amadouer le chat et d’attraper Neemo, le petit lapin blanc du fils de Lhydia. On ne s’attendait pas à croiser ce genre de bestiole dans un jardin ougandais. D’ailleurs, on se demandera plus tard si cette rencontre plutôt décalée n’aurait pas eu une influence sur notre voyage … Genre lapin blanc toujours en retard dans Alice aux pays des merveilles, vous voyez ?

On passe la soirée à se reposer. Poulet, frites et « Qui veut gagner des millions » version anglaise au menu. Lhydia passe nous remettre nos permis Gorille pour l’Ouganda et le Rwanda. Elle nous explique que beaucoup de tour opérateurs ont acheté des permis au Rwanda à l’ancien prix afin de tirer un bénéfice important sur les ventes, ce qui explique en partie les difficultés qu’ils ont eu à obtenir les nôtres. Quoiqu’il en soit, on a nos précieux sésames entre les mains et la rencontre tant attendue approche maintenant à grands pas ! Mais avant celà, ce sont les rhino blancs du Ziwa Rhino Sanctuary qui nous attendent demain … alors au lit !

2 tawanautes aiment cet article, et vous ?
2016-12-02T14:09:36+00:00

Laisser un commentaire